Pauvres artisans du BTP ! Le cas de la norme RGE

Classé dans : Blog | 0

En faisant des recherches sur le monde de la norme, j’ai découvert que les professionnels du BTP soumis au dispositif « Reconnu Garant de l’Environnement » ou RGE rencontrent les mêmes problématiques que les formateurs du domaine de la formation continue et les ont exprimées dans différents forums ou à la suite de publications sur le sujet.

Dans le cadre du Crédit d’impôt pour la Transition Energétique (CITE), le RGE permet aux particuliers ou entreprises de faire des travaux de rénovation énergétique aux normes écologiques en les aidant financièrement. Condition requise, que ces travaux soient réalisés par des entreprises certifiées RGE. 

Rapidement le RGE s’est révélé très controversé. Près de 7.000 entreprises Qualibat-RGE ont été radiées en 2018, certaines pour de bonnes raisons (fraudes, démarchages abusifs etc.) d’autres parce que leurs responsables, lassés par sa lourdeur ont quitté le dispositif.

Des actions visant sa suspension ont été menées par des collectifs tels que Approche Eco-habitat Bretagne et le RESEAU Éco Bâtir.

Quelques raisons à cela :

  • Obligation pour les artisans de se former même s’ils ont une longue expérience dans leur métier et un savoir-faire reconnu ou de se former pour une activité marginale dans leur métier.
  • Achat obligatoire d’un logiciel destiné à réaliser une étude thermique avant travaux
  • Engorgement des dossiers chez Qualibat (l’organisme certificateur chargé d’instruire les dossiers RGE) qui met en stand-by des quantités de projets de chantiers.

Certains auteurs s’interrogent. Les certifications qualité peuvent-elles favoriser des pratiques anticoncurrentielles ? Lire à ce sujet l’excellent article du Cabinet Guisiano.

Commentaires relevés sur le forum Cyberacteurs.org :

« Comme beaucoup de dispositifs étatiques de nombreux éléments me laissent penser que ce dispositif est fait pour exclure tous les petits artisans du marché de la rénovation énergétique après les avoir plumé au détriment des grosses sociétés ayant les moyens de rentabiliser le label ».

A propos du coût élevé des certifications ou formations : « A titre indicatif : Qualipac 1500 euros Qualigaz 1500euros Qualibois 1500 euros Qualisol 1500 euros Quali PV 1500euros ».

A propos de la qualité des formations : « ca fait maintenant 6 ans que j’ai arreté toutes ses combines de stage qui est plus du raquette que de la formation surtout quand on voit la plupart des formateurs. J ‘ai 62 ans et toujours en activité et pas forcément envie d’arréter, mais quand je vois ce que je dépanne en pompe à chaleur (car vendre c’est facile ,mais dépanner!!!) ca me laisse perplexe sur les gens qui ont valider le RGE de certaines entreprises ».

Un professionnel sorti du RGE : « je suis heureux de vous lire aujourd’hui, je pensais être seul à être viré comme un mal propre par Qualibat. Hier j’ai reçu un courrier de Qualibat qui me dit que je ne suis plus RGE pour Les raisons suivantes, je n’ai pas fourni de reportage photo et les factures fournies ne mentionnent pas la marque du produit vendu. En réalité les trois factures mentionnent la marque… Je suis à 6 mois de la retraite et là avec mon carnet de commande plein je suis obligé d’aller voir mes clients et de leur dire qu’ils ne pourront plus bénéficier du crêdit d’impôt… »

Mon témoignage préféré, celui un peu bravache de Cédric : « Grand jour pour mon entreprise aujourd’hui, je viens de perdre ma qualification eco artisan ! enfin libre 🙂 ».

A l’heure où je peaufine ce texte, je me demande où en est Cédric. S’il pense que son choix lui a été profitable. Pour ce qui me concerne, je ne me suis pas encore détachée de l’univers de la formation continue et de sa bureaucratie. Je m’interroge encore sur le cadre dans lequel je vais pouvoir continuer mon activité.

Pour en savoir un peu plus sur l’origine de mon questionnement : article “La norme qualité m’a achevée…ou presque“.


Liens :

Des milliers d’entreprises ont été radiées du label RGE

Arrêtons le désastre programmé du système RGE

RGE : ça grince

Abus et dérives d’entreprises douteuses RGE ou non RGE